LES VESTIGES DE BEAUBOURG-LA-REINE
21 octobre - 23 novembre 2009
Dessinateur qui a l'oeil du peintre et un coup de fourchette hors-pair, Erwann Terrier sera l'« Œil de Beaubourg-la-Reine » en relatant, au jour le jour, ce qu'il s'y passe au travers d'une grande fresque.
« Notre goût un peu élémentaire du gros blasphème a été nourri par le problème que pose la puissance de la distraction : L'épicerie du mystère, la prodigieuse volée de formes ampoulées, l'excentricité sportive, la propagande de l'originalité et du divertissement, l'esthétique confinée: le culte de l'instant.
En réponse à la proposition qui nous est faite de participer au festival du Centre Pompidou, il s'agirait non pas d'éparpiller des animations performatives plus ou moins impromptues et périphériques à l'exposition, mais bien de concevoir une pièce originale qui sera montrée comme un objet à visiter ; et dans lequel se déroulent performances, conférences et installations, connaissance du patrimoine populaire, et participations d'invités.
Tout cela aura lieu dans le socle sur lequel est posée la sculpture monumentale représentant un immense masque de Comedia dell'arte au faciès raté et néanmoins symbolique. Ce masque est en effet plus proche d'un ossement fossilisé que d'une décoration folklorique.
Il est la pièce manquante de l'évolution «darwinienne» de l'imaginaire.
Il s'agit d'exposer l'objet humain et sa puissance d'expression ayant valeur d'oeuvre d'art. Ce que feront La Compagnie du Zerep et ses invités durant les cinq semaines d'exposition. » 

Sophie Perez et Xavier Boussiron, Compagnie du Zerep
Back to Top